Virée hollandaise, à la recherche du brochet…

Il y a un an et demi, je suis contacté par Edouard… Forcément, je postais régulièrement des photos de brochets pris dans les polders hollandais, sur le forum de RodHouse… Résultat, nous nous étions goupillés une première sortie « snoek » (brochet en néerlandais) le temps du week-end prolongé du 1er novembre 2018, avec deux autres accolytes.

Comme ce premier week-end avait bien plu, rebelotte cette année, 3 jours pleins de pêche répartis sur 4 jours, autour du week-end du 11 novembre.

On se retrouve sur une aire d’autoroute, peu avant la frontière, moi venant de Bruxelles, les autres venant de Beauvais/Amiens. Bizarrement, les voitures sont pleines de cannes…

On avait réservé une location pour trois nuits, au milieu d’une ferme, et surtout au plein milieu d’un superbe terrain de jeu, truffé d’une multitude de petits canaux de polder !

Afin de mieux prospecter, et de ne pas se marcher sur les pieds vu la largeur des zones à pêcher, nous nous sommes divisés en deux groupes… Ed (prostaff RodHouse, aka Edlepecheur sur le forum) avec Thierry, ancien homme de cirque de métier, tous les deux aux leurres… Moi avec Maxime (aka Hyxam), tous les deux à la mouche.

Premier jour

Je propose deux terrains de jeu que je connais bien, où les brochets sont au rendez-vous quasi-systématiquement, histoire de bien attaquer le séjour. Malheureusement, nous sommes tombés sur un jour… enfin… un week-end, où les brochets étaient assez « bouche fermée ». Ed et Thierry ne font rien, alors que pourtant, je les avais envoyé sur mon « sauve bredouille » de prédilection, au milieu de quelques habitations. Les eaux étaient aussi très marrons, dû à pas mal de pluie les jours précédents. Quant à Max et moi, on part faire un tour pas très loin, mais en pleine nature. Eaux teintées aussi, mais un peu moins que pour Ed et Thierry. On attaque par le parking… rien… j’y avais pourtant pris un brochet de 95 cm deux semaines plus tôt, à ce parking. On continue, on fait une zone de 150 mètres de long qui fait régulièrement office de « garde-manger » pour brochet, et où je touche un poisson au moins neuf fois sur dix… rien… On pousse au pied d’un moulin, où il y a carrefour de deux polders un peu plus large.

Là, les postes ne sont pas trop marqués, c’est plus aléatoire que le « garde-manger », mais je sais qu’il peut y avoir du brochet de bonne taille. Nous attaquons ce carrefour… Maxime casse une canne Aliexpress qu’il avait en test… deuxième sortie de la canne, elle cède sur une légère tirette pour se décrocher de l’herbe. Je lui propose de retourner à la voiture, qui n’était plus tout à fait à côté non plus. Il me dit « continue, on vient d’arriver au moulin, fais quand même le carrefour ». Heureusement qu’il me dit de continuer… Je sors un 88 cm, puis un 89 cm… J’en manque un autre. Puis encore un autre qui essaye de me choper le streamer au moment où je le sortais de l’eau, et qui m’éclaboussa les lunettes par son attaque en bordure ! Bref, beaucoup de chemin, mais ça valait le coup pour moi… Les deux manqués étaient dans les mêmes tailles que les deux sortis.

88 cm…
… et le 89 cm

On retrouve Ed et Thierry, Max prend une MHX 967 (soie de 7 sur le papier, mais prend une soie de 8 lourde et de gros streamers sans vraiment sourciller). Et je décide d’emmener tout le monde sur un autre secteur, que je n’avais pas encore pêché cette année, mais qui allait assez probablement avoir des eaux moins teintées.

10 minutes de voiture, et nous y sommes, bingo, les eaux sont comme il faut ! on repart d’un côté avec Max, on en touche chacun un à la mouche. Un petit pour moi, mais surtout, Max bat son record à la mouche, un 81 cm ! On voit quelques chasses aussi, mais on n’arrive pas à motiver les fauteurs de trouble.

Record « mouche » de Max, 81 cm.

On revient sur nos pas, on retrouve Thierry au pied d’un bâtiment nouvellement construit et qui a une sorte de petit bassin à ses pieds. Tout en discutant, je m’amuse à sortir de la soie, à shooter en revers au pied du nouveau bâtiment, sans vraiment regarder l’eau. D’un coup, une tape… ferrage réflex, j’arrête de regarder Thierry, et je me mets à regarder l’eau… Moins dodu que mes deux brochets du moulin, mais plus long… Un joli 91 cm ! Thierry m’avoue avoir peigné ce petit bassin en long et en large avec Ed… sans rien faire… Juste Edouard qui se fait apparemment couper le fluoro, mais bien au-dessus de son leurre dur flottant, qu’il put récupérer.

91 cm…

Ed nous rejoint finalement, avec un grand sourire, il s’était fait trois brochets sur sa NFC SJ705 IM. Dont ce joli 80, plus gros que son plus gros de l’année précédente… (merci au gamin qui passait par là, au passage).

Ed et son 80 bien dodu !

Deuxième jour

On commence en voyant deux chasses en fumant notre cigarette du matin… devant la location… Forcément, on les attaque en vitesse, mais sans succès. Session repérage pour le reste de la journée, plus en nature. Belle journée, très jolis coins, mais pas la bonne journée, des eaux encore bien chocolat. Au final, on touche quelques petits, maximum 60 cm… mais plus de décrochés que de « sortis ».

Troisième jour

Ca commence comme la veille… Mais ce coup-ci, Ed, encore en charentaise made in Crocs, limite son thé encore à la main, prend la canne bien décidé à prendre quelque chose depuis le perron de la maison et de bonne heure…

7h33: Certains attaquent de bon matin, depuis le perron de la location…

Bon, finalement, il s’éloigne de 5 tous petits mètres, et nous sort le brochet qu’il avait vu la veille.

7h36: Brochet du matin, bonheur !!

Ce coup-ci, on décide d’aller en zone urbaine… Bien nous en a pris ! Je commence par un 74 cm. On voit plusieurs chasses sur un secteur, mais pas moyen de les décider. Ils ne devaient pas être petits, ceux-là. On commence à sortir tout doucement de la ville, Ed et Thierry en touchent plusieurs, aux leurres. Pas de gros, mais ça fait quelques fishs, et ça fait toujours plaisir !

Thierry, qui ne peut s’empêcher de jongler… vieilles habitudes professionnelles !
Ils sont mignons, quand même, ces petits pikes !

Sur le chemin du retour aux voitures, on voit deux brochets coup sur coup… Forcément, on a attaqué les deux… Le premier devait faire guère plus de 45-50 cm. Un leurre et un streamer lui passe devant la tête… de plus en plus près… rien à faire, il finit par donner un coup de queue ! malheureusement, pas de filtre polarisant sur l’appareil photo (enfin, le tél…), la vidéo est mal ressortie. Deuxième broc, il devait approcher le mètre, mais tout fin… peut-être malade ? Là, on arrive quand même à le distinguer sur la vidéo…

Qui a dit que le brochet est opportuniste ? Alors je pense qu’il est « susceptible » de l’être… mais quand il ne veut pas manger, opportuniste ou pas, c’est simple, il ne veut pas ! Et ça a confirmé que ces jours-ci, les brochets n’étaient pas des plus actifs…

On retrouve deux de mes amis belges à la location, le temps de pique-niquer, de rigoler, de se raconter des histoires de pêche… Il nous reste moins de deux heures de pêche… Je décide donc d’inverser les postes de pêche du premier jour, ce que j’imaginais faire pour le dernier jour de pêche, histoire de laisser les fishs de ces secteurs tranquilles au moins deux jours pleins. Mais, comme après tout, sur les « postes sûrs », rien n’avait été pris… et que j’avais aussi manqué deux jolis au moulin…

Bref, au milieu des habitations, Max et moi touchons quelques brochets… 69 pour moi, 76 pour Max. J’en « décroche » un que je n’avais pourtant pas « accroché »… Il avait tout simplement attaqué mon streamer au moment où je le sortais de l’eau, et a réussi à attraper la virgule de mon streamer… Mais il ne voulait pas la rendre ! Il a fini par la lâcher au moment où j’allais le sortir de l’eau, me laissant une virgule à moitié déchirée et qui avait gagné une élongation de quelques centimètres.

76 cm, éclairé par les rayons du crépuscule

Sur ce même parcours, je peste intérieurement contre deux pêcheurs que je vois arriver comme des balles, et qui se mettent à pêcher une petite section de 100 mètres, juste derrière notre passage… Je me dis « zut, on vient de passer par là, y a pas assez de flottes pour qu’ils aillent se mettre ailleurs ?!? » Bon, un peu envie aussi de préserver mes coins de pêche, j’avoue… et donc toujours peur de voir débarquer trop de pêcheurs… Finalement, je vois une publication deux jours après sur un groupe Facebook, je reconnais les vestes des deux gars que j’avais vu de loin, ainsi que le coin, du peu qu’on peut distinguer des photos… Ils ont pris un broc que j’avais pris trois fois l’année dernière en un mois, sur ces mêmes 100 mètres ! Il a une difformité bien particulière qui le rend bien reconnaissable. Franchement, je suis content de revoir ce camarade de jeu toujours en vie ! Il n’a pris que deux petits centimètres par rapport à l’année dernière, par contre…

De l’autre côté, Ed se fait son brochet record, 90 cm ! Au pied du moulin où j’ai touché mes quatre jolis brochets du premier jour. Comme c’est bizarre ! Après visionnage des photos, on se rend compte que c’est le brochet que Laurent, autre prostaff Rodhouse venu pêcher une journée avec moi, avait pris deux semaines plus tôt à la mouche, 20 mètres à côté. Ed le touche sur un lancer à environ 40 mètres, le brochet tape après à peine 1m50 d’animation du leurre… Il s’est bien amusé au combat, sur sa MB767 Delta montée en casting: canne joueuse mais qui ne s’est absolument pas montrée en difficulté pour combattre ce joli brochet sur 40 mètres.

Le 90 cm de Lau… d’Ed…. enfin… ils se partagent la même femelle, quoi !

Dernier jour…

Nous n’avons que peu d’heures de pêche encore ensemble, puisque les copains doivent rentrer pas trop tard sur Amiens et Beauvais. Il y a du vent, il commence à pleuvoir, ça se refroidit. J’envoie Ed et Thierry sur un poste que je n’ai jamais pêché mais qui a l’air très sympathique ! Ils me confirmeront le côté sympathique du poste… Mais bon, c’était encore une journée « gueule fermée »… Ed se fait un 76 cm. Thierry se fait couper net sur un brochet dont il ne distinguera que le dos… un « gros dos »…

Un petit 76 cm avant de quitter les Pays-Bas, Ed ?

Sur la route pour le coin où j’amène Max, je passe devant un élargissement que je connais bien… J’y ai déjà fait quelques brochets de 80 – 90 cm. Je lui dis, dans la voiture : « là, c’est un bon poste pour du joli, mais s’il y en a, ils sont regroupés dans ce coin, et il n’y a que 20 mètres réellement à faire… ». Du coup on ne s’arrête pas, on va au coin que j’envisageais, où il y a de quoi faire. J’en manque deux petits, Max en décroche un d’environ 70 cm, après l’avoir tenu 30 bonnes secondes…

Malheureusement, avec le vent, la pluie, le froid, après deux heures de pêche, et la contrainte du retour pour les camarades, on abandonne tous. Message d’Ed : « on retourne à la voiture, on se les pèle… » Je dis à Max : « dis-lui qu’on les retrouve dans 25 minutes… » Ben oui, 10 minutes pour retourner à la voiture, 10 minutes de route… Je voulais en faire prendre un dernier à Max, et idéalement encore plus gros que son 81 du premier jour. Son record me paraissait quand même compliqué, il fallait dépasser les 94 cm.

J’arrête la voiture vite fait à 10 mètres à côté du poste montré à l’aller. Je dis à Max : « on sort juste une canne, prend mon Epic Bandit ». Pinces, ruban métré, tout ça reste dans la voiture… Troisième lancer, je vois Max l’air très sérieux, les yeux ébahis, ma canne pliée en deux ! Max venait de voir le brochet sortir à toute trombe de sous le pont, et engouffrer dans sa gueule mon streamer de presque 30 cm de long ! Le frein chante, la canne travaille, Max est concentré comme jamais ! Je le sors de l’eau, je dis « c’est métré ! » Résultat, 101 cm… Record personnel, toutes techniques confondues, battu également pour Max !! Et en plus, à la mouche ! ce fut le dernier lancer du week-end… mais un dernier lancer qui en valait le coup !

101 cm…
… nouveau record toute technique pour Maxime !
Sacrée gueule !

Bilan du week-end :

Moins de brochets que l’année dernière, on tombe sur des eaux chocolat, après une période de fortes pluies. Mais, on touche des plus gros ! L’année passée, le plus gros faisait 81 cm. Le deuxième plus gros, de mémoire, faisait 76 cm… Là, on fait, en ne comptant que les 80+ cm :

  • 80 cm x2: un à la mouche, un au leurre
  • 81 cm x1 : à la mouche
  • 88 cm x1 : à la mouche
  • 89 cm x1 : à la mouche
  • 90 cm x1 : au leurre
  • 91 cm x1 : à la mouche
  • 101 cm x1 : à la mouche

Sur le nombre, un petit avantage au leurre… et avantage au souple sur le leurre dur.

Mais pour la taille, la mouche a ramené davantage de jolis poissons !

Matériel utilisé :

1 réaction sur “ Virée hollandaise, à la recherche du brochet… ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *